Česká centra, Czech Centres

Česká centra / Czech centres - logo

Qui sommes-nous dans les médias

Conférence Heresy and Heritage: Jan Patočka on Philosophy, Politics, and the Arts à Bruxelles

Radio Praha

L’HÉRITAGE DU PHILOSOPHE JAN PATOČKA ET DE LA DISSIDENCE TCHÈQUE ÉVOQUÉ À BRUXELLES

 Magdalena Hrozínková

 

 05-05-2017

 

Des philosophes, historiens, académiques et politologues de toute l’Europe ainsi que des Etats-Unis se sont donnés rendez-vous cette semaine à Bruxelles et à Louvain pour discuter de l’héritage de la Charte 77, ce fameux document revendiquant le respect des droits de l’Homme dans la Tchécoslovaquie communiste. Plus particulièrement, cette série de rencontres organisées dans les universités et au Parlement européen est dédiée à une personnalité qui a beaucoup marqué le mouvement dissident, le philosophe Jan Patočka, décédé il y a quarante ans, quelques semaines seulement après la publication de la Charte 77 dont il a été un des initiateurs. Radio Prague a joint une des organisatrices de l’événement, Petra James qui est responsable des études tchèques à l’Université Libre de Bruxelles.

 

« Le colloque qui se tient ce vendredi se concentre sur Jan Patočka en tant que penseur de l’esthétique. Nous essayons d’explorer à quel point les réflexions de Patočka et ses écrits sur différentes œuvres littéraires ont une dimension potentiellement politique ou sociale. C’est quelque chose que nous évoquons rarement dans les colloques et les conférences : à l’étranger notamment, l’engagement de Jan Patočka au sein de la Charte 77 éclipse quelque peu son vif intérêt pour l’esthétique et la littérature. Jan Patočka est l’auteur de textes importants consacrés à de nombreuses personnalités de la littérature tchèque, par exemple Josef Čapek, Karel Hynek Mácha, mais aussi Ivan Vyskočil, Milan Kundera, Ludvík Vaculík. Il s’intéressait aux théories esthétiques et littéraires des philosophes comme Martin Heidegger et d'autres. C’est Jonathan Bolton, professeur de slavistique à l’Université de Harvard, qui est l’invité principal du colloque de ce vendredi. Il est l’auteur d’un ouvrage important sur la dissidence tchécoslovaque publié en 2012 sous le titre ‘Worlds of dissent’. L’ouvrage est sorti en version tchèque en 2015. Dans son intervention, Jonathan Bolton parlera plus particulièrement du rapport de Jan Patočka au théâtre de l’absurde. Pour la première fois, je pense, tout un colloque est consacré à la pensée esthétique du philosophe. »

 

Des dizaines de personnalités tchèques et européennes participent à cette conférence étalée sur cinq jours, par exemple le philosophe Jan Sokol, membre de la famille de Jan Patočka, Filip Karfík, professeur à l’Université de Fribourg qui a fait partie, lui aussi, du cercle formé autour de Patočka, ou encore la traductrice Erika Abrams qui a fait connaître l’œuvre du philosophe tchèque dans les pays francophones. Quels sont les autres invités des colloques et des soirées qui se déroulent dans le cadre de la conférence ?

Ivan Chvatík, photo: ČT24 

« Une pléiade de spécialistes tchèques et étrangers sont venus à Bruxelles et à Louvain pour toute une semaine de conférences et de rencontres. Il faut sans doute mentionner Ivan Chvatík, le directeur des archives de Jan Patočka. Je voudrais aussi évoquer les gens liés d’une manière ou d’une autre à la Charte 77, comme le diplomate Martin Palouš, ou ceux qui ont porté l’héritage du mouvement dissident, comme le directeur de l’ONG ‘People in need’ Šimon Pánek ou encore Michael Žantovský, l’ancien porte-parole du président Vaclav Havel. Nous avons ici beaucoup de traducteurs, d’historiens et de théoriciens de la littérature, par exemple Françoise Mayer, historienne et spécialiste de la période communiste en Tchécoslovaquie. Elle va intervenir samedi dans le cadre du débat autour du livre de Jonathan Bolton. Je n’oublie pas nos collègues spécialistes de la littérature tchèque venus de l’étranger, par exemple Rajendra Chitnis, professeure de littératures slaves à l’Université de Bristol. »

 

La conférence se termine ce samedi, par un atelier organisé à la Maison des Arts de l’ULB de Bruxelles autour de cet ouvrage de Jonathan Bolton « Worlds of dissent » (en tchèque « Světy disentu ») et, plus généralement, autour de la culture underground sous le communisme…

« Le livre de Jonathan Bolton est un des ouvrages les plus intéressants qui existent sur la dissidence tchécoslovaque. M. Bolton est un historien de littérature. Son ouvrage a inspiré aussi des historiens par sa méthodologie assez originale. Il propose, comme point de départ, une étude détaillée des textes canoniques, souvent littéraires, de la dissidence tchécoslovaque, comme par exemple ‘Český snář’ de Ludvík Vaculík. A partir de cette analyse du genre, des figures de style, il réussit, de manière extrêmement convaincante, de dégager des aspects importants de l’univers de la dissidence. Un des chapitres de son livre est consacré au groupe mythique de l’underground, The Plastic People Of the Universe. Bolton montre de manière originale et absolument scientifique la construction mythique, et souvent auto-mythologisante de l’univers dissident. Il déconstruit les mythes qui ont pu naître autour de cet univers. Il montre des mécanismes qui dépassent le fonctionnement de la dissidence tchécoslovaque et qui mènent vers des réflexions plus générales sur la construction de mythes modernes. Par cela, cet ouvrage me paraît très inspirant. »

Écoutez-vous le reportage ici